Idées de départ

La première idée, c’est de fonctionner comme laboratoire d’expériences, ce qui implique que toutes les idées seront testées, évaluées, adoptées ou modifiées en fonction des résultats et des personnes impliquées dans le collectif.

LAÏS, LAÏSING?

Il y a plus de 20 ans, j’avais lu l’histoire d’une école en Russie qui m’a paru si utopique, que je n’ai même pas imaginé qu’elle pouvait exister dans la vraie vie… Fin 2014, j’ai découvert que non seulement cette école existe bel et bien depuis plus de 20 ans, mais qu’elle a également inspiré d’autres écoles en Europe, plus en phase avec les valeurs Européennes.

La formation qui a suivi pour comprendre une partie du fonctionnement de cette non-méthode à été si enthousiasmante et transformatrice, qu’elle nous a conduit aujourd’hui à partir à plus de 1000km de notre ancien lieu de vie, de façon à créer un espace pour vivre cet émerveillement.

Nous avons fait tout notre possible pour transmettre et diffuser les connaissance du Lais en Suisse Romande et au Tessin et avons créé l’institut Suisse : voir ici ainsi que la version italienne : voir ici

Dans l’intervalle, nous avons créé les NiceLabs, avec l’association NiceFuture en Suisse. Un parcours pour concrétiser une vision collective de ce que pourrait être notre monde en incluant l’idée de l’harmonie avec la nature dès la base. L’intention étant de revisiter tous les grands thèmes de notre vie, avec le double regard de notre monde et de celui des peuples premiers, afin de co-créer une vision enthousiasmante du futur, une sorte de 3ème monde, qui incluerait les sagesses et les avancées, aussi bien de notre monde que de celui des anciens. Actuellement, cette aventure est à mi-parcours. Cette expérience nous a permis de comprendre la force et la pertinence de ce moyen de cheminer, communiquer et partager, pour développer aussi bien l’intuition de groupe que faciliter des échanges relationnels plus harmonieux (pas toujours!)… ou plus authentiques.

 

AU PROGRAMME

Les matières habituelles pour un bac (2 h. par jour environ) et ensuite tout ce qui intéresse les participants, mais en particulier: eco-construction, permaculture ou toute forme d’agriculture respectueuse du vivant, cuisine vivante, santé, bien-être et surtout… de très nombreuses matières artistiques et liées au mouvement!

Le programme des 2 heures scolaires est prédéterminé. Tout l’enseignement des mathématiques par exemple s’effectue en une fois, avant d’être suivi de la matière suivante, dans un ordre logique et ainsi de suite. Ce processus permettra de voir toutes les matières nécessaire au passage des examens du bac. Rien n’empêche, un élève de refaire le cursus, si il ne se sent pas prêt pour les examens.

En revanche, en ce qui concerne le reste de la journée, le programme sera co-créé en fonction des besoins, désirs et possibilités.

 

COMMENT ?

Par une collectif d’apprentissage qui prend soin :

  • De combiner l’apprentissage naturel au parcours formateur et aux règles du lieu.
  • D’offrir un soutien varié, individuel, qui permette à chacun de trouver l’appui nécessaire à la réalisation de ses objectifs personnels.
  • De créer la joie d’être ensemble : permettre la reconnaissance de la diversité de chacun tout en lui permettant d’être inséré dans la collectivité, en tenant compte des générations différentes et des besoins spécifiques. Une attention particulière est portée à la relation avec les racines du lieu et la culture de chacun. Ces paramètres favorisent un apprentissage au sein du groupe, avec peu d’enseignement frontal. L’attention à l’autre est étendue aux collectivités alentours car la notion de service est valorisée pour découvrir la richesse du don.
  • D’actualiser les connaissances récentes de la neuroscience au sein des processus d’apprentissages et une transmission des connaissances de la physique quantique afin de favoriser le respect spontané des lois du vivant.

 

 

MODÈLE ÉCONOMIQUE?

La transition écologique, c’est aussi inventer un nouveau modèle économique.

Pour avoir fréquenté depuis longtemps les écoles privées, nous savons que souvent là où les difficultés apparaissent, c’est lorsque l’on parle de finances.

Nous voulons explorer l’économie du don, du partage et de l’échange: une économie chaleureuse et bienveillante, créatrice de vraie résilience et de solidarité.

Encore une fois, de par notre expérience sur les Chemins du Vent, nous avons vu que l’échange monétaire n’est pas une forme d’échange passionante. Au contraire, dans le don, l’ouverture, le partage et l’accueil, réside un force de croissance bien plus intéressante et enthousiasmante. Il nous est fréquement arrivé de vivre un échange qui se démultiplie dans toutes les directions, car nous détenions tous, des clefs essentielles à l’autre et dans ce partage d’informations, nous ressortions tous meilleurs et grandis.

Nous sommes tous responsables de notre futur et de ce fait, pouvons tous nous considérer comme responsables de l’éducation des nouvelles générations. L’économie du don, c’est juste un élargissement du cercle des personnes qui se sentent parties prenantes et impliquées dans un processus. Nous pouvons tous être gagnants dans nos interactions.

Le système scolaire adopté se prête à cela. Plutôt que d’avoir un collège de professeurs fixe, étant donné que l’idée de base du projet est d’apprendre grâce aux échanges d’un collectif et non par un enseignement frontal, notre vision est d’accueillir des professeurs pour des périodes de quelques mois. Ils amèneront leur expertise d’une matière, tout en ayant la possibilité de recevoir, d’autres impulsions et compétences au long de la journée. Comme l’enseignement scolaire se fait sur une période d’environ 2h. par jour, il reste bien du temps pour cela. Par exemple, un enseignant de mathématique pourrait être ravi d’avoir 2-3 mois pour approfondir la permaculture ou la pédagogie du Laïsing ou la cuisine vivante ou … ou … ou….

Notre idée est de tenter cette expérience novatrice mais très traditionnelle à d’autres époques ou même dans d’autres cultures!

Cette vision naît du constat que dans une famille, tout le monde contribue avec joie à l’éducation des plus jeunes et se sens concerné par le développement et le bien-être de la nouvelle génération. Ainsi nous sommes tous gagnants en élargissant ce cercle.

Notre modèle, c’est l’expérience d’une  groupe de personnes qui se retrouve autour d’une idée simple: vivre proche de la nature, de sa propre nature ou authenticité et à partir de la richesse relationnelle de ces échanges, se donner les moyens de grandir et de croître ensemble.

Pour simplifier, disons que le Lycée des Bois tend à devenir un lieu de croissance non seulement pour les élèves mais aussi pour les enseignants et toutes les personnes impliquées dans le collectif.  

Au cours d’une vie, nous passons par différentes phases de transitions, qui méritent  d’être partagées et confrontées. Les woofers, les adultes en transition, les jeunes retraités, les familles des étudiants pourraient bénéficier de l‘enthousiasme des rencontres et des apprentissages.

NOTRE POINT FORT, C’EST l’ACCOMPAGNEMENT DE LA TRANSITION POUR DAVANTAGE D’AUTHENTICITÉ ET DE BIEN-ÊTRE. CHACUN PEUT PROFITER DE PARTAGER SES CONNAISSANCES POUR ACQUÉRIR DE NOUVELLES COMPÉTENCES.

 

 

 

Publicités